Soul Sanctuary
Cette fiche a été visualisée 1135 fois
2005 Soul Sanctuary Hollywood Blue Flames  
       
jaquettes/tartine.jpg
Production :
Delta Groove
DGPCD102
 
 
Musiciens :

Titres :
Commentaires :
Claude PAGNIER (08-03-2007)
Hollywood Blue Flames tiens…, tiens… c’est comme quelque chose qui me rappelle, …, oui c’est ça « Hollywood Fats » ce fameux band… trop méconnu, (hélas !!!). Al Blake, Fred Kaplan, Richard Innes, Larry Taylor. Quatre compagnons de route des premiers jours, toujours fidèles au poste de feu le groupe de Michael Mann, alias Hollywood Fats, mort tragiquement d’une overdose en Décembre 86 à Los Angeles. Dans « Soul Sanctuary », on retrouve quelque part l’esprit du groupe d’origine, manque toutefois ce son, cette hardiesse, cette excentricité et cette espèce de folie que donnait notre grand Fats à sa musique. Mais ne soyons pas nostalgiques !! Kirk Eli Fletcher talentueux nouveau venu, pas trop obscur toutefois (2 Cds à son actif) prend la place laissée vacante et s’attache par sa technique personnelle à perpétuer l’esprit (ni plagiat, ni influence trop marquée) du défunt musicien. Il s’intégre impeccablement aux influences spécifiques des Blue Flames et rejoint naturellement sa place. Chaque musicien trouve le son et le feeling juste, dans une parfaite cohésion. Nos H.B.F. nous invitent à un festin musical où saveurs et odeurs de sources différentes nous enivrent. Notons que la quasi-totalité des compositions sont celles des membres du groupe (exceptées trois), d’horizons divers K.C. McKinley, « St. Louis » Jimmy Oden et James A. Lane. Dés les premières mesures de l’instrumental « Flambed » (très « jump), on est immédiatement conquis par l’intensité, le ton, l’accent instantanément perceptible du menu proposé : treize pièces. Les titres, dont quatre instrumentaux, s’enchaînent avec force et conviction. Pas de temps morts, pas de faiblesses, que de bonnes sonorités Californiennes à la rythmique solide et bien appuyée exemple « The Land Of Calio », « He’s A Blues Man », « I’m Lucky, Lucky Man », « Big Foot’s Boogie » où Fred Kaplan nous fait là une grande démonstration boogie woogie endiablée de haut vol. Pas d’hésitation, c’est le disque de l'année 2005 qu’il vous faut.
 
Envoyez votre avis sur cette tartine